Acceptation de la reine lors de l'introduction dans la ruche

Introduction de reines : le test de la cagette

Les techniques d’introduction de reines sont très variées. L’enjeu ici est de ne pas perdre sa reine de qualité.  Voici un test à pratiquer systématiquement.

Le but ici n’est pas d’aborder en détail toutes les techniques d’introductions de reines. Un guide dédié est en cours d’élaboration. Il sera disponible à cette adresse lorsqu’il sera terminé.

Ce test que j’utilise au quotidien ne garantit pas le succès de l’introduction d’une reine, mais vous informe de manière presque certaine du contraire, c’est à dire du risque élevé de refus lorsqu’il existe.

Pourquoi orpheliner une ruche ne suffit pas ?

Partir d’une ruche orpheline, supprimer la reine en la tuant ou en orphelinant une partie de division peut parfois (souvent) ne pas suffire…

L’absence d’oeufs ne signifie pas forcément que la ruche est orpheline.

Si il est coutume de dire que si on voit des oeufs il y a la reine, l’inverse n’est pas toujours vrai. Elle peut être présente et en parfaite santé même en absence d’oeufs. Les cas sont nombreux : préparation à l’essaimage, blocage de ponte pour X raisons etc.

Dans ce cas, l’introduction ne réussira pas.

La ruche en question peut être bourdonneuse

Il s’agit du cas où les abeilles, privées trop longtemps d’une reine et dans l’incapacité d’en élever une nouvelle vont se mettre à pondre des oeufs. Ces oeufs sont bien entendu non fécondés et conduiront à la perte inévitable de la colonie.

Bien qu’il n’y ait pas de reine dans la ruche, par le présence d’ouvrières pondeuses les abeilles refuseront systématiquement toute nouvelle reine introduite. C’est l’échec assuré.

Il peut y avoir des cellules royales dans la ruche.

Lorsqu’une reine disparait d’une ruche (mort naturelle, accident etc…) ou en fièvre d’essaimage, les abeilles en élèvent de nouvelles. Lors de la visite de la ruche, il arrive plus souvent qu’on ne le pense de passer à côté d’une cellule royale.

Si l’acceptation d’une nouvelle reine est possible, les chances de succès ne sont pas au rendez-vous.

Une ou plusieurs reines vierges peuvent être présentes dans la ruche.

Particulièrement lors d’une fièvre d’essaimage, mais dans d’autres cas également, il peut y avoir présence de reines vierges.

Dans ce cas, l’acceptation de la nouvelle reine ne se fera pas et l’introduction échouera.

Le caractère parfois difficile de la ruche limite les chances d’acceptation

Lorsqu’on introduit une reine de race différente de la ruche qui doit la recevoir, l’acceptation est parfois compromise.

 

Bon et ce test d’introduction de reine ! Il vient ?

C’est grâce à Messieurs Huau&Mallein que j’ai découvert ce test il y a pas mal d’années déjà et que j’utilise au quotidien. Je me doute que ça devait être connu par ailleurs, mais je tenais à les remercier pour leur partage.

Lors de l’introduction :

Introduction de reines - test acceptationC’est tout bête. Il suffit de poser la cagette sur la tête des cadres de la ruche orphelinée dans laquelle on souhaite introduire la nouvelle reine. Par temps frais, on prendra soin de retourner le nourrisseur sur la ruche afin de ne pas refroidir le couvain.

Presque immédiatement (et à fortiori au bout de 5mn), les abeilles orphelines vont venir se fixer autour de la cagette. Attention pas côté candi, mais bien côté reine.

Au bout de 5 mn, un nombre important d’abeilles doit entourer la cagette. C’est le signe que la nouvelle reine est acceptée et que l’introduction a toutes les chances de réussir.

Si au contraire seules quelques abeilles s’y intéressent voire aucune, c’est l’échec assuré. Il convient alors d’investiguer afin de déterminer la raison de ce refus. Le plus souvent, c’est qu’une reine fécondée ou vierge est encore présente dans la ruche, que la ruche est bourdonneuse ou que l’orphelinage est trop récent (moins d’une heure).

Dans tous les cas, ne pas ouvrir pendant 1 semaine après introduction au risque d’emballement de la reine

En saison, nous proposons à la vente les reines issues de notre élevage :